Les Rendez-vous Québec Cinéma, notre festival entièrement dédié, vous l’aurez deviné, au cinéma québécois, nous offre cette année une sélection de plus de 300 films, dont près d’une centaine de premières. En consultant la programmation, vous verrez qu’il propose en plus tout plein d’évènements gratuits (conférences, expositions, projections, etc.), dont plusieurs à la vibrante buvette des RDV, au cœur de l’action à la Cinémathèque québécoise où vous pourrez, pendant 11 jours, célébrer le cinéma québécois en plus d’y rencontrer les artistes à l’origine de nos films.

Sur ma liste (très optimiste) de nouveautés à voir et de films sortis au cours de la dernière année que je n’ai pas eu l’occasion de voir, il y a plus de 30 films (!), et c’est sans compter les évènements fins de soirées avec DJ à la Buvette. Voici donc quelques-uns de mes incontournables, en ordre chronologique de projection cette semaine.

Le Québec aux Oscars

Je commence par ce dimanche pluvieux d’Oscars pour faire un rapide détour. Les RDV présentent bien sûr nos deux films en nomination pour meilleur court métrage de fiction, le touchant Marguerite (de Marianne Farley) et l’éprouvant Fauve (Jérémy Comte), avec 7 autres courts son beau programme de courts Les Abîmés, mais le problème c’est que c’est en même temps que lesdits Oscars. C’est votre choix. Autre suggestion, vous pouvez aussi regarder les deux courts (et bien d’autres) sur Ici Tou.tv*, puis vous diriger vers le Cinéma du Parc pour participer à la Projection de la 91 cérémonie des Oscars, qui est gratuite et tellement populaire que le Cinéma ouvre maintenant 2 de ses salles pour accueillir tous ceux qui veulent rendre hommage au 7e art avec un bon popcorn et des centaines d’autres cinéphiles. Très chouette ambiance. À essayer si vous n’avez pas encore un Oscar party de prévu. 

*après vérification, Marguerite, que j’ai vu sur Tou.tv, n’est plus disponible sur la plateforme de Radio-Canada. Mais Fauve y est toujours alors dépêchez-vous.

Mon agenda aux RDV

Ma wish-list est plus vaste que ce que je vous présente ici. Mais voici au moins un film par jour jusqu’à la fin du festival, le 2 mars, juste à temps pour la Nuit Blanche

Vendredi 22 février

LES SALOPES ou le sucre naturel de la peau, de Renée Beaulieu

Brigitte Poupart excelle dans le rôle de Marie-Claire, chercheuse émérite en dermatologie, qui entame une expérience sur les effets de l’excitation charnelle sur les cellules de la peau. Elle poursuit parallèlement une vie intime très libre où son mari bien-aimé la partage sans le savoir avec plusieurs amants. La confrontation entre ces deux univers fera des étincelles. Place à la déconstruction du regard masculin qui prévaut depuis toujours sur les représentations cinématographiques de la sexualité féminine abordant également à l’ère de #MeToo plusieurs enjeux brûlants autour du pouvoir et du consentement. À l’image de son titre-choc, ce film suscitera passions et discussions.

Samedi 23

Une Colonie, de Geneviève Dulude-De Celles

Ours de cristal du meilleur film la semaine dernière à la Berlinale, Une Colonie revient à la maison pour nous toucher comme il a touché le jury de jeunes qui l’a sélectionné pour toute la gamme d’émotions qu’il a engendrée en eux. Ne vous en faites pas si vous lisez cet article après le samedi 23 et que vous n’étiez pas au courant de son passage aux RDV, car vous avez une autre chance de voir Une Colonie dans une ambiance de festival et en présence le la réalisatrice. En effet, le Théâtre Outremont nous offre tous les lundis du printemps une très belle sélection de films d’ici et d’ailleurs et ce lundi 25, c’est justement la gagnante de l’Ours de cristal à Berlin qui vient nous présenter sa Colonie.

Vous pouvez acheter vos billets ici et tant qu’à y être, si vous ne pouvez pas aller voir ma recommandation du vendredi 1er mars (Chien de garde), sachez qu’il passe lundi de la semaine prochaine et qu’il y a des forfaits si plus d’un film du #CinéOutremont vous attire, comme c’est mon cas. 

Pour le dimanche des Oscars et son lendemain, je viens de vous faire mes suggestions; passons donc au mardi 26 février.

À tous ceux qui ne me lisent pas, de Yan Giroux

Ce ne sont pas les choix qui manquent en ce poétique mardi 26 aux RDV. Entre Pauline Julien, Intime et politique, Malek, et d’autres encore, c’est sur le premier long métrage de Yan Giroux, inspiré librement de la vie et de l’œuvre d’Yves Boisvert (1950-2012), poète aussi essentiel que radical, que j’ai jeté mon dévolu. Parce que je suis en manque de poésie ces jours-ci, simplement, et parce que celle de Pauline Julien, tout aussi magnifiquement rebelle, me posait platement un conflit d’horaire. Ce n’est que partie remise, madame Julien.

Mercredi 27

Ce n’est pas parce qu’il en manque, mais voici le premier documentaire que je vous suggère, chers compatriotes de toutes allégeances. Avec un sourire, la révolution.

Le 1er octobre 2017, Alexandre Chartrand était aux premières loges du référendum sur l’indépendance catalane. Pugnace et passionné, le réalisateur du Peuple interdit (2016, à voir également) a eu un accès privilégié au quotidien du président Carles Puigdemont. Presque en temps réel, il nous fait partager la fièvre des assemblées, des réunions, des manifestations; la montée de la répression et la peur également. Parallèlement, le film suit la trajectoire de l’un des chantres de la culture catalane, le chanteur engagé Lluís Llach, autrefois exilé, maintenant député. Le tout pour souligner positivement une grande vague populaire de rêves et de liberté.

Jeudi 28

Ah et puis j’en ai marre de faire les choix difficiles. Voici trois options que vous ne regretterez pas le jeudi 28. Moi j’en verrai 2 assurément et j’ai encore quelques jours pour décider. Et vous, vous irez voir quoi?

Nous sommes Gold, d’Éric Morin. Faites vite car il s’agit d’une des Soirées Tapis Bleu, c’est-à-dire une première remplie de bien beau monde pour un bien beau film.

La grande noirceur, de Maxime Giroux. Un deuxième film de ma liste mettant en vedette Martin Dubreuil mais surtout, le même duo réal/acteur que pour le sublime Félix et Meira (!!), meilleur film canadien au TIFF en 2013.  Voilà que Giroux signe à nouveau une œuvre absolument envoûtante, d’une ambition considérable.

Pour les mélomanes et grands fans de l’Orchestre métropolitain et de son chef, Yannick Nézet-Séguin, Ensemble est à voir absolument. Bonne nouvelle, après vérification Ensemble est aussi sur Tou.tv, ce qui saura soulager ceux qui comme moi ne voulaient pas rater le Giroux.

Vendredi 1er mars

Je vous l’ai déjà mentionné, Chien de garde, de Sophie Dupuis. Représentant du Canada dans la course à la nomination pour le meilleur film an langue étrangère, ce film intense ne laissera personne indifférent. Au Théâtre Outremont le lundi 4 mars si ça vous accommode plus.  

Samedi 2

Une dernière journée très remplie, mais comme j’ai vu tous les blockbusters québécois qui la composent il y a un petit bijou qui s’y cache et que je vous pointe du doigt: Summer of ’84 qui a vite été sold out au Festival Fantasia l’été dernier. 

Après le véritable culte qu’a suscité Turbo Kid, le trio déjanté de RKSS (Roadkill Superstar) remet ça pour un second long métrage infusé de pure nostalgie des années 1980. Durant ce fameux été de 1984, un tueur en série s’attaque aux adolescents dans la région d’Ipswich, petite ville de l’Oregon. Davey, 15 ans, soupçonne son voisin, apparemment un policier bienveillant, d’être le terrible criminel. Ni une ni deux, il entraîne ses trois meilleurs copains dans une enquête périlleuse qui changera leur vie… 

Voilà chers lecteurs cinéphiles. Je vous souhaite d’excellents Rendez-Vous. Profitez-en, c’est cool en sale de voir nos films… en salle. Venez avec moi, on se partagera un popcorn scandaleusement cher au Quartier Latin. 😉 

Joe -xx-

Comments

comments

Article précédentLook du jour : 21 février 2019
Article suivantLook du jour : 22 février 2019
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)