Mr. Gaga: Sur les pas d’Ohad Naharin

Depuis que j’ai vu ce film fascinant l’an dernier dans une salle comble aux Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM), je dois l’admettre, je suis complètement gaga. Le film raconte le parcours d’Ohad Naharin, le chorégraphe de renom derrière une des plus grandes et influentes compagnies de danse de la planète : la Batsheva Dance Company.

Eh bien excellente nouvelle, Batsheva est présentement en tournée nord-américaine et nous avons 3 chances, Montréalais et Québécois, à saisir absolument, pour découvrir cette fabuleuse troupe de danse.

La première et la plus simple est d’aller voir ce magnifique documentaire aux cinémas Beaubien à Montréal et au Clap à Québec à partir de ce vendredi 20 janvier.

photo : Gadi Gagnon

La deuxième (et peut-être la plus difficile puisque les billets se font rares, ou loin) est d’aller voir les 18 danseurs performer sur scène soit:

  • ce mardi soir, 17 janvier, au Grand Théâtre de Québec, en coprésentation avec La Rotonde (il reste de bonnes places dans cette belle grande salle)
  • jeudi 19 (complet), vendredi 20 (presque complet) ou samedi 21 janvier (moins de 20 places disponibles à ma dernière vérification) à la Place des Arts de Montréal, grâce à Danse Danse.
Photo : Gadi Gagnon

L’éloge est unanime pour cette puissante et évocatrice avant-dernière oeuvre d’Ohad Naharin (j’ai vu la plus récente à Tel Aviv en décembre dernier), intitulée, à l’inquiétude de plusieurs, Last Work. Je ne saurais assez insister, chers lecteurs, si vous aimez la danse contemporaine: il faut y être! Je serai d’ailleurs à la représentation de Québec et à la première montréalaise car, comme ce fut le cas pour le documentaire, je sens que la 2e fois sera encore meilleure et plus facile à apprécier tellement le répertoire et l’univers d’Ohad est riche et dense.

Photo : Gadi Dagon

Enfin la troisième option tout aussi excitante, pour laquelle je viens d’acheter mon billet (il en restait une quarantaine à ma dernière vérification mais ils partent vite), est un atelier gaga, le langage de mouvement qu’a créé Ohad Naharin pour communiquer avec ses danseurs (Gaga/dancers), mais aussi avec des aînés, des enfants malades ou handicapés et des gens qui aiment danser et bouger, pour toutes les bonnes raisons qui soient (Gaga/people). Pour vous joindre à Lolitta et moi, cliquez vite et achetez votre billet ici.

2 autres belles suggestions, québécoises cette fois.

Siri, de Maxime Charbonneau et Laurence Dauphinais

Après trois représentations à guichet fermé au Festival TransAmériques (toujours un trèèès bon gage de qualité), Siri est de retour au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui du 17 janvier au 4 février prochain! Une actrice seule sur scène, avec son iPhone comme seul partenaire de jeu. Qui ne connaît pas Siri, l’assistante vocale personnelle intégrée dans tous les iPhone.

Photo : Hugo B. Lefort

Au cours d’un étrange interrogatoire, la comédienne Laurence Dauphinais ausculte Siri et déploie d’ingénieuses stratégies pour inciter sa partenaire virtuelle à se dévoiler. Siri est à l’écoute. Tout nourrit son inquiétant savoir. Et comme dans le bouleversant film HER de Spike Jonze, avec Joaquim Phoenix et la voix de Scarlett Johansson, cette intelligence artificielle a non seulement de l’esprit, elle laisse aussi apparaître des zones d’ombre qui l’humanisent. À voir pour ma rentrée théâtrale de 2017, et la vôtre j’espère.

Nelly, d’Anne Émond

J’ai toujours particulièrement apprécié les films littéraires. J’adore voyager dans l’univers et dans la tête de ces auteurs que j’aime et qui sont les personnes qui me font le plus connaître le monde dans lequel je vis. Ce film librement inspiré d’une auteure québécoise de génie ne fait pas exception. C’est dur, c’est sombre, c’est triste, mais c’est beau aussi, et je vous invite à aller le voir, mais aussi à lire ou relire les romans et les chroniques de Nelly Arcand.

Bonne semaine (puis bonne année pleine de santé et d’amour, d’abord, pour assurer le bonheur; de culture, ensuite, pour égayer le tout)!

Joe xxx

P.S. (important): Je vous avais promis mes choix Igloofest pour la saison. Voici le premier. Ce samedi, 21 janvier, j’ai eu la permission de Monsieur Gaga lui-même, Ohad Naharin, lors d’une réception en l’honneur de la Batsheva Dance Company, d’y emmener danser toute sa troupe après la dernière représentation de Last Work. Alors joignez-vous à nous pour un autre exemple de la fougue qui habite un des plus impressionnant groupe de danseurs de la planète à l’un des plus cools party électro de la planète : Igloofest #6.

La réputation de notre Igloofest s’est rendue jusqu’en Israël, à en voir l’enthousiasme des danseurs quand je leur en ai parlé, et ce soir ce sont l’excellente DJ française Jennifer Cardini et l’Allemand Chris Liebing, entre autres, qui vont nous faire groover dans la neige. Nos amis avaient un peu peur pour le froid, plus habitués à danser sur les planches et les plages de Tel Aviv, mais je les ai rassurés en leur disant que c’était sans doute l’édition la plus clémente de l’année. Profitons-en tous.

Je vous reparle bientôt de toutes les activités liées au 375e de Montréal qui se sont greffées à l’Igloofest cette année, avec mes dernières recommandations d’ici la fin de la 11e édition de ce party hivernal devenu mondialement connu. Stay tuned.

Comments

comments

Article précédentVotez pour le look du jour : 17 janvier 2017
Article suivantCalendar Girl: 12 mois, 12 villes… 12 looks!
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)