Depuis que les ambassadrices Oakley ont été révélées, quatre Québécoises ont vu leur vie changer… Mais comment ça se passe exactement? Je les ai toutes rencontrées afin qu’elles nous en disent un peu plus!

Virginie

Comment se passe ta nouvelle vie en tant qu’ambassadrice?

Tout se déroule à merveille! Être ambassadrice Oakley a eu un effet positif dans ma vie. Ça a accentué mon désir d’inspirer encore plus de gens à être actifs et même à atteindre leur rêve de devenir entraîneur, à courir un marathon ou à être un modèle pour leurs enfants. C’est une mission qui me plaît et je suis heureuse de trouver diverses méthodes pour l’accomplir, que ce soit avec mes cours, mes ateliers, mon site Internet ou à travers les médias sociaux.

Marie-Philippe

Quels entraînements as-tu réalisés au cours des mardis O-Active?

Le 4 juin dernier, j’ai offert à une trentaine de filles un entraînement de type bootcamp à travers un grand parcours où elles devaient monter des escaliers, sauter par-dessus des cônes, traverser une échelle en push-ups… Il y avait même un grand circuit en rond où elles changeaient de station après une minute d’exercice! J’ai terminé la séance par un Défi Oakley-Active où j’invitais les filles à piger un exercice dans un sac et on devait le faire ensemble jusqu’au prochain tirage!

Maryse

As-tu trouvé challengeant le fait d’animer un groupe et de recruter des filles pour participer à tes sessions?

J’ai la chance d’avoir accumulé une certaine expérience en cours de groupe, ce n’était donc pas quelque chose de stressant pour moi. Pour ce qui est du recrutement, Facebook a été mon outil numéro un! J’ai été agréablement surprise de voir qu’une grande majorité des participantes étaient des personnes que je ne connaissais pas, ce qui était encore plus gratifiant!

Maghalie

Comment réussis-tu à combiner travail, rôle d’ambassadrice, vie sociale et défis sportifs?

Je pratique le vélo de montagne à un haut niveau et je me suis lancé comme défi de me qualifier pour les championnats du monde de la catégorie U23/élite. J’ai réalisé ce défi il y a quelques semaines et je participerai donc à cette course vers la fin août en Afrique du Sud. Un défi de ce genre demande beaucoup de temps et d’efforts, mais avec un peu d’organisation, il est possible de combiner un tel challenge sportif avec notre vie sociale et le travail. La passion et l’envie de se dépasser sont des sources de motivation incroyables!

Lolitta xx

Comments

comments