Il y a quelques semaines, j’ai reçu une magnifique invitation… aller explorer Israël avant le lancement officiel du vol Montréal-Tel-Aviv d’Air Transat

Juste à parcourir le programme, j’avais les yeux pleins d’étoiles… la mer Morte, Masada, le Jourdain, Nazareth, la mer de Galilée, Haifa, Tel-Aviv et Jérusalem. JÉRUSALEM, la ville que j’avais toujours rêvé de visiter, non seulement pour moi, mais parce que je savais qu’en y allant je réaliserais aussi un des souhaits les plus chers de ma mère et de ma chère mami Sabina. 

Jérusalem a été tout ce que j’espérais, et encore plus!

La vieille ville

Notre périple a commencé dans la vieille ville de Jérusalem. Dès que nous avons passé la porte de Jaffa, un sentiment de paix m’a immédiatement envahie. J’étais soulagée, car j’avais peur… d’avoir peur. Jérusalem, c’est une ville dont la situation politique est, et a toujours été complexe… durant sa longue histoire, elle a été détruite au moins deux fois, assiégée 23 fois, attaquée 52 fois, conquise et reconquise 44 fois. Aujourd’hui, Jérusalem est deux fois capitale, trois fois ville sainte et elle est divisée en quatre quartiers divers en valeurs et traditions: chrétien, juif, musulman et arménien. Ces différences on les ressent, c’est vrai, mais elles me sont surtout apparues comme une richesse. Il y a une grande beauté dans cette cohabitation si particulière.

Voir le dôme doré de la mosquée Al-Aqsa alors qu’on marche à travers un souk typiquement arabe qui regorge d’épices parfumées, de lanternes colorées, de Keffiehs palestiniens et de restos de shawarmas, puis pénétrer dans le quartier juif et tomber face au colossal mur des Lamentations. Je ne m’attendais pas à ressentir autant d’émotion en ce lieu, mais entre la ferveur des pèlerins juifs en pleine prière et les milliers de petits papiers de voeux encastrés dans les fentes du mur, j’avais les yeux pleins d’eau.

Mais l’endroit que j’avais trop hâte de visiter était l’église du Saint-Sépulcre. Je ne vous ai jamais parlé de religion sur le blogue, mais je suis chrétienne. J’ai été baptisée et confirmée, j’allais à la messe tous les dimanches, je me suis mariée à l’église et je crois en Dieu. Aujourd’hui, je ne vais plus à la messe hebdomadairement, mais je prie tous les jours. Je vous dis tout ça parce que je veux que vous compreniez l’état d’esprit dans lequel j’étais en arrivant à l’église du Saint-Sépulcre, qui a été édifiée sur le lieu-même où Jésus a été cloué sur la croix, est mort et est ressuscité. Cinq des 14 stations du chemin de la Croix s’y retrouvent… et attirent des pèlerins de partout dans le monde.

Le jour où on y était, il y avait évidemment beaucoup beaucoup de monde, mais j’ai quand même (très rapidement) pu me recueillir devant le rocher du calvaire (où le Christ fut déposé après la crucifixion) et sur la pierre de l’onction (où il aurait été préparé avant d’être mis au tombeau) et sur le rocher du calvaire. Si cette visite est importante pour vous et surtout, si vous voulez visiter le Saint-Sépulcre, je vous conseille d’arriver très tôt, quitte à vous lever à l’aube.

Je mentionnais ma grand-maman péruvienne en début d’article parce qu’elle aurait tellement aimé faire ce voyage, et je dois vous avouer que j’ai senti sa présence tout au long de ma visite. Inutile de vous dire que l’émotion était à son comble en ce magnifique après-midi de mars. Ceci étant dit, je crois sincèrement que peu importe nos croyances, il est impossible de ne pas être touché profondément par l’histoire de l’endroit et/ou par l’émotion des pèlerins qui semblent avoir attendu toute leur vie pour faire ce voyage.

Le nouveau Jérusalem

Après cette visite marquante à tant de niveaux, on avait rendez-vous à Mahane Yehuda, le plus grand marché extérieur de Jérusalem. À première vue, ça semblait être un marché comme il en existe partout dans le monde… des étals remplis de fruits et légumes, de noix, de pains, de viandes, de fromages, d’olives et de Halva. Mais il y avait aussi des comptoirs de snacks, des petits restos et des cafés, comme le Roasters, qui sert l’un des meilleurs cafés en ville. C’est en y buvant un délicieux latté que j’ai remarqué que Steven Spielberg m’observait du commerce voisin… Directement, je me suis dit que le marchand avait vraiment eu une bonne idée de peindre son store métallique!

Puis en parlant avec notre guide, j’ai appris que cette oeuvre faisait partie d’une série de portraits qu’on pouvait découvrir à travers tout le marché depuis mars 2015. C’est à cette époque que Berel Hahn – un jeune Israélo-américain originaire de Brooklyn – avait eu l’idée… Un samedi, en se promenant dans le marché complètement vide (en Israël, les commerces sont fermés pour le Sabbat), il avait pensé que les stores métalliques seraient des canevas parfaits pour du street art! Après avoir embarqué son ami et artiste Solomon Souza dans le projet, et obtenu l’accord de quelques commerçants, le duo était lancé! Aujourd’hui, plus de 100 portraits de juifs ayant marqué l’histoire de différentes façons transforment le marché en musée ouvert les samedis et tous les soirs de semaine. Je comprenais maintenant pourquoi on était arrivés au marché alors que la plupart des marchands quittaient pour la journée… c’était assez merveilleux de voir tous ces visages apparaître à mesure que les rideaux de fer se refermaient. 

theposthostel.com

Ces murales ne sont pas la seule raison de faire un arrêt au Shuk (c’est comme ça que les locaux appelle le marché) en soirée… c’est aussi le meilleur moment pour vivre le deuxième souffle de l’endroit. Vers 19h, les restos s’animent, des petits bars ouvrent, la musique commence à remplir les allées et l’ambiance est à la fête. Depuis quelques temps, le Shuk est devenu un des endroits les plus cool en ville! Le marché représente souvent le coeur d’un quartier, d’un village, d’une ville, mais ça reste un lieu où tout se passe en journée, quand une grande partie de la population est au travail ou à l’école. Je trouve donc génial que la nouvelle génération ait voulu lui donner une deuxième vie, une fois le soleil couché! 

Et autour de Jérusalem, on fait quoi?

Maintenant que je vous ai raconté mes deux moments marquants à Jérusalem, je dois vous dire que j’y serais restée trois jours. Ça tombe bien, car c’est exactement ce qui est proposé dans plusieurs forfaits multi-villes qu’Air Transat offre cet été. Si j’y retournais, je choisirais fort probablement le circuit Jérusalem et Tel-Aviv (à partir de 2000$ pour les vols, 7 nuits à l’hôtel et 7 repas, et les transferts) qui permet de découvrir les deux villes emblématiques, mais aussi de faire une excursion d’une journée. Je ne vous parlerai pas de Tel-Aviv tout de suite, car la ville mérite un article complet, mais je dois vous raconter ma visite de Massada et de la mer Morte… que je vous encourage à choisir pour cette excursion!

Après avoir roulé un peu moins de deux heures sur des routes dignes du plus beau des road-trips, on arrive à la mer Morte, qui si on était dans un climat hivernal, pourrait ressembler à une mer bordée de glace. Mais non, il fait bien 20 degrés (ou 35, si vous y allez cet été), l’eau est turquoise et les plaques blanches sont en fait du sel. Comme beaucoup de gens, je n’avais qu’une seule envie… enfiler mon maillot et flotter dans cette eau qui aurait des vertus thérapeutiques pour notre peau. Vous pouvez aussi en profiter pour vous enduire de boue, mais il faudra évidemment tout nettoyer par la suite. Perso, je ne voulais pas en avoir dans les cheveux, donc j’ai préféré acheter un sachet de cette boue riche en minéraux chez Ahava, la marque emblématique de produits de beauté de la mer Morte (le circuit comprend un arrêt à cette boutique).

Ensuite, direction Massada pour une visite de la forteresse d’Hérode, érigée il y a 2000 ans sur une montagne isolée de 400 mètres d’altitude. Si vous aimez l’histoire, vous allez être servis, et même si ce n’est pas le cas, je vous promets que vous serez émerveillés par la découverte de ses murs, sa synagogue, ses sols en mosaïques, ses bains romains et, par-dessus tout, l’incroyable vue à 360 degrés sur le désert de Judée et la mer Morte, qui est le plus bas point de la planète, et sur l’autre rive, vous apercevrez les montagnes de Jordanie (au-dessus desquelles vous pourrez admirer le lever du soleil si vous y allez à l’aube et voulez gravir la montagne à pied car le téléphérique n’ouvre qu’à 8h). 

Si vous préférez organiser votre périple, vous pourrez évidemment réserver les vols seulement, qui débutent le 18 juin prochain (à partir de 1089$). Dans ce cas, voici quelques suggestions d’hôtels et de restos à Jérusalem (en plus du marché, bien sûr). OMG, je ne vous ai même pas parlé de la nourriture, qui est TO DIE FOR… que vous soyez dans un resto chic, de quartier, casher ou dans un petit stand à falafel. De plus, les végétariens seront comblés… tout comme les amateurs de vins! Car la scène vinicole est aussi très intéressante en Israël, mais ça, je vous en parlerai aussi dans un autre post;)

Le carpaccio de boeuf et le pain au restaurant Ha’Hatzer

Où manger?

  • Ha’Hatzer C’était ma première expérience dans un restaurant casher… et je n’en suis toujours pas revenue. La fraîcheur des ingrédients, la qualité des viandes, l’inventivité des plats végétariens. Si vous y allez, vous devez absolument goûter les aubergines, le hummus, les boulettes de viande, le carpaccio de boeuf et le pain… vous avez bien lu. Ce n’est pas compliqué, c’est le meilleur pain que j’ai mangé de tout mon voyage (et la compétition était féroce).
  • Zuni Ce restaurant de type brasserie est ouvert 24h/j + 7j/sem et on y mange bien. Un bel endroit pour manger des classiques de la cuisine française, avec des ingrédients Israéliens! Je vous recommande la soupe à l’oignon, la bisque de fruits de mer, le burger Zuni ou le contre-filet de boeuf!
  • Café Roof Ce resto de type buffet est situé en plein coeur du Souk de Jérusalem et offre une des plus belles vues sur la vieille ville. Parfait pour un petit arrêt pendant votre visite.

Où dormir? 

  • The Inbal Jerusalem Hotel (5 étoiles) C’est au Inbal que j’ai logé pendant mon séjour et je ne peux que vous le recommander. Les chambres sont belles, le buffet déjeuner est varié et délicieux et l’emplacement est idéal. 
  • Dan Panorama Jerusalem Hotel (4,5 étoiles) Même si je n’ai pas essayé le Dan è Jérusalem, j’y ai logé à Tel Aviv il y a deux ans et à Haifa cette fois et dans les deux cas, mon expérience a été très bonne. Gros plus: l’hôtel est à distance de marche de la vieille ville.
  • Jerusalem Tower Hotel (3 étoiles) Le Jerusalem Tower Hotel est une option moins chère mais très intéressante, car il est situé en plein coeur du centre-ville. De plus, il a été complètement rénové en 2012.

Je termine en vous souhaitant d’avoir le bonheur de visiter Israël cet été!

Lolitta xx

Comments

comments