J’ai découvert Scarlett James il y a quelques années, lors d’une de ses performances burlesques. Je l’avais évidemment trouvée magnifique sur scène, mais c’est après l’avoir rencontrée que je suis tombée en amour avec sa personnalité douce mais affirmée… et son style personnel!

Elle a d’ailleurs fait partie de mon portrait du style montréalais que j’ai réalisé cet été avec le Festival Mode & Design… Et la journée où je suis passée chez elle pour la photographier, j’ai découvert qu’elle fabriquait elle-même ses costumes de scène! Dès ce moment, une deuxième rencontre était planifiée pour qu’elle me raconte son histoire et sa passion pour le burlesque.

Avant de se lancer dans le burlesque, Scarlett était technicienne laser dans un bureau médical! Je sais… Scarlett entre 4 murs blancs dans un sarrau parfaitement coordonné, j’ai aussi de la difficulté à l’imaginer! Mais ce n’était pas sa seule occupation, elle était également maquilleuse à la pige, faisait de la figuration et travaillait avec une compagnie d’évènementiel pour laquelle elle était hôtesse. De temps en temps, elle enfilait donc des costumes de showgirl ou de danseuse samba pour des soirées spéciales au Casino de Montréal… et elle adorait ça.

À cette même époque, quelques amis décidèrent de l’amener voir un spectacle burlesque, lui promettant qu’elle allait adorer. Burlesque, elle ne savait même pas ce que ça voulait dire… mais ses amis avait raison! C’est en cette soirée de 2007 qu’elle a trouvé sa vocation. Tout au long du spectacle, elle se demandait comment elle n’avait pas vu ça avant et elle se voyait déjà faire la même chose, mais à sa sauce. Le show lui-même était vraiment à petit budget, “c’était un peu grossier, les costumes étaient faits à la va vite, mais l’essence y était. Je me suis donc dit, il faut prendre ça, le transformer comme dans mes rêves et le présenter au grand public”.

Ses rêves c’était le glamour des années 40: des sublimes robes Hollywoodiennes, des coiffures sophistiquées et des maquillages ultra glamour. Directement, elle a monté un premier numéro et confectionné ses premiers costumes, où les paillettes et les plumes étaient déjà au rendez-vous. Maintenant, il fallait le tester auprès du public, voir si les gens allaient aimer. Car, il faut le préciser, le côté showgirl luxe n’était pas du tout ce qui se faisait à ce moment-là. Mais elle a persisté et après un 2e, 3e et 4e numéros appréciés par le public, elle a décidé de se lancer à 100%.

Et quand je dis se lancer, je ne fais pas uniquement référence à sa carrière personnelle. Certains auraient pu s’en contenter, mais pas Scarlett. Son côté entrepreneur et son envie de vraiment créer quelque chose ont pris le dessus… C’est donc en 2009 qu’elle a lancé son festival burlesque!

Fast Forward en 2017. Le Montreal Burlesque Festival en est à sa 9e édition et il est devenu un des incontournables de l’automne. Si vous n’y êtes jamais allé, je vous invite à venir faire un tour au Club Soda du 19 (c’est ce soir ça) au 21 octobre.

Au programme : 3 soirées de show, 16 performances par soir, des after-partys, quelques ateliers burlesque et un brunch burlesque chez Juliette & Chocolat samedi matin. Pour ceux qui suivent et connaissent mieux le monde du burlesque, je vous annonce qu’en plus de la merveilleuse April March, Suki Singapoura, Missy Lisa, Angie Pontani et la voluptueuse Dirty Martini sont les têtes d’affiches de l’édition 2017. Inutile de vous dire qu’elles valent à elles seules le déplacement!

Maintenant que vous savez tout, je vous invite à jeter un coup d’oeil au site web pour la programmation complète et les infos billets et je vous laisse avec un magnifique numéro de Scarlett James lors de la dernière édition… question de vous donner une idée à quoi vous attendre!

Perso, je serai au festival vendredi! Si vous décidez d’y aller, venez me faire un petit coucou!

Lolitta xxx

Comments

comments