Nalie, Mei-Lin & Julie. Photo : AB Photo + Design

To read the article in english, click here

Connaissez-vous le cancer du sein de stade 4? Ne soyez pas gênés si votre réponse est non… 50% des Canadiens ne le savent pas non plus. Et c’est exactement pourquoi il est plus que temps d’en parler! Le cancer du sein de stade 4, c’est des milliers de visages au Canada. Pour moi, c’est Nalie (28 ans), Mei-Lin (53 ans) et Julie (37 ans), trois femmes extraordinaires que j’ai eu la chance de rencontrer à travers ma propre expérience avec le cancer.  

Comme plusieurs d’entre vous le savent, j’ai eu un cancer du sein en 2010, mais j’ai été chanceuse car il s’agissait d’un stade 1, le stade le plus précoce de la maladie. Malgré mon jeune âge, j’ai quand même eu droit à de la chimiothérapie, 30 séances de radiothérapie et cinq ans d’hormonothérapie… mais pendant tout ce temps, je savais que mon cancer était curable.

Un mot qui fait toute la différence.

Nalie. Photo : AB Photo + Design
Mei-Lin. Photo : AB Photo + Design
Julie. Photo : AB Photo + Design

Malheureusement, ce mot n’existe pas pour les femmes qui sont atteintes d’un stade 4. À l’heure où on se parle, il n’existe toujours pas de traitements pour guérir ce cancer qui emporte environ 12 femmes par jour au Canada… une autre raison pour dire qu’il est grand temps d’en parler et d’intensifier la recherche et le soutien! Je vous entends penser « mais il y a tellement de collectes de fonds pour le cancer du sein… » C’est vrai, mais la part des fonds destinés à la lutte contre le cancer du sein de stade 4 est malheureusement très inférieure à celle allouée aux stades précoces.

C’est ici qu’intervient la campagne Parlons stade 4, qui est de retour pour une deuxième année. Initiée par la Fondation du cancer du sein du Québec, le Réseau canadien du cancer du sein, Rethink Breast Cancer et une entreprise pharmaceutique axée sur la recherche, la campagne vise à sensibiliser la population au cancer du sein de stade 4 afin d’en arriver à lui accorder une plus grande part de la recherche, du financement, des ressources et du soutien.

Au cœur de cette campagne, on rencontre justement Nalie, qui est atteinte d’un cancer du sein de stade 4 à 28 ans. Je vous laisse découvrir la vidéo… (to see it in english, click here)

J’ai vu cette capsule à plusieurs reprises, mais à chaque fois j’ai les yeux pleins d’eau. L’authenticité de Nalie est bouleversante et le concept est percutant. En l’espace de quelques minutes, elle réussit à nous faire ressentir comment un diagnostic de cancer métastatique peut chambouler une vie.

Si je ne vous avais pas convaincus à travers mon texte, je sais que Nalie aura réussi à le faire. En son nom et en celui de toutes les autres femmes qui ont un cancer du sein métastatique, je vous incite à visiter le www.parlonsstade4.ca et partager la puissante vidéo de la campagne en utilisant le mot-clic #parlonsstade4

Rappelez-vous de l’impact qu’elle a eu sur vous et faites-le vivre à tous vos amis. C’est ainsi que nous pourrons commencer à faire une différence.

Lolitta xx

————-

Ce billet est présenté en collaboration avec la Fondation du cancer du sein du Québec, Le Réseau canadien du cancer du sein, Rethink Breast Cancer et une entreprise pharmaceutique axée sur la recherche.
 

Comments

comments