dynamite-sonia-paradis2
Au printemps dernier, un reportage de l’émission JE révélait que le groupe Dynamite avait détruit et jeté aux poubelles des vêtements non-vendus en boutique. Les vêtements jetés avaient été ramassés et remis à Sonia Paradis, propriétaire de la Fabrique Éthique, professeure de couture et designer. En recevant les pièces, elle a aussi reçu le mandat de les recycler. Nous vous invitons à lire l’entrevue que Sonia Paradis a fait avec le groupe Dynamite afin de bien comprendre la complexité de l’événement dénoncé par JE, et, surtout, les enjeux auxquels les entreprises de vêtements sont confrontés.

Depuis 2011, la Fabrique Éthique offre des cours de couture, des conférences de sensibilisation aux enjeux sociaux et environnementaux de l’industrie de la mode et du textile, tout en oeuvrant dans le domaine du DIY (Do It Yourself).  Sonia Paradis milite pour le développement durable de l’industrie de la mode et du textile, elle a donc accepté le mandat de recycler ces vêtements de velours afin de leur donner une seconde vie, tout en sensibilisant les citoyens à l’usage que l’on fait de nos vêtements.

dynamite-sonia-paradis1

Le processus de création d’une collection à été laborieux en raison des nombreuses lacérations qui avaient été faites sur les vêtements et des grandeurs des pièces de velours qui avaient été jetés. Les morceaux ont donc été transformés en fils afin de pouvoir les tisser et former de nouvelles matières. Certaines pièces ont aussi été brodées et perlées.

dynamite-sonia-paradis3

Pour Paradis, le vêtement est devenu une simple commodité, sans âme et sans histoire. La création d’un tissu demande des ressources naturelles et des produits chimiques, il devient alors primordial de maximiser nos ressources. «Aussi longtemps que nous n’accorderons pas d’importance à l’histoire de nos vêtements, nous ne serons pas en mesure de trouver des solutions aux enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous faisons face.»

Les pièces créées par la designer ont présentées le 6 octobre dernier, à La Gaillarde, lors d’un événement mode éthique trois en un. Une équipe de l’émission JE était sur place pour faire suite à leur premier reportage.

la-gaillarde2 la-gaillarde

Il s’agit vraiment d’une superbe initiative qui nous fait réfléchir sur nos habitudes de consommation de vêtements, mais aussi sur l’industrie de la mode en général. Il faut commencer à se questionner sur la façon dont nous voulons que notre société évolue en matière de mode. Il est facile de pointer du doigt Dynamite pour avoir jeté les vêtements, mais il ne faut pas oublier que le rythme effréné auquel les tendances défilent et le désir du consommateur de constamment renouveler peut engendrer ce type de problématique.

Ce dernier point est particulièrement délicat, car nous sommes tout à fait conscientes que nous véhiculons tendances, must-haves et coups de coeur de manière régulière sur le blogue… mais nous avons toujours encouragé le style individuel et essayons de promouvoir les achats locaux et l’achat de vêtements de seconde main (on s’habille toutes les deux beaucoup en friperies). Ceci étant dit, nous avons envie de le faire davantage et nous vous promettons de donner plus de place aux achats responsables sur FashionIsEverywhere.

Lolitta & Lauriane xx

Comments

comments

Article précédentRachel McAdams, 21 octobre 2016
Article suivantNicole Richie, 24 octobre 2016
Étudiante en journalisme, blogueuse et passionnée par la mode, Lauriane passe la majorité de son temps à écrire, à lire des magazines et à naviguer le net à la recherche d’inspirations. Après un stage chez Fashion Is Everywhere, elle s’est joint officiellement à l’équipe en tant qu’adjointe mode et beauté. L’art et le voyage la passionnent tout autant et l’entrainent constamment à vivre de nouvelles expériences, comme celle d’une session universitaire à Paris. Le shopping étant son activité favorite, elle vous présente chaque semaine des looks tendances à recréer!