Coups-Coeur-Joe-2

N’allez pas penser que c’est par manque d’originalité ou de choix que mes coups de coeur concernent souvent ce qu’offrent à Montréal les Grands Ballets. C’est plutôt parce qu’ils me charment et me bouleversent si régulièrement. Que nous offrent-ils, cette fois? Eh bien ils ont invité le célébré Eifman Ballet de Saint-Pétersbourg à venir nous présenter Anna Karenina. (Et petite parenthèse excitée, l’an prochain ils invitent le Shanghai Ballet et mon Ballet Nacional de Cuba adoré!!!) Cette habitude d’inviter à Montréal 2 grandes compagnies internationales par saison n’est rien de moins que géniale. Elle fait voyager et donne envie de voyager. Mais surtout, elle offre aux amateurs de ballet la possibilité de voir ce qui se fait de mieux dans le monde du 4e art.

Anna_Karenina4

Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de ce roman, que plusieurs jugent comme étant le plus grand de la littérature russe, si pas mondiale, j’ai le goût de ne rien vous révéler. Pour ceux qui en savent un peu plus, eh bien, sachez seulement que le drame, le faste, la passion se retrouvent tous à leur manière autant dans les pas chorégraphiés par Eifman que dans les mots penchés par Tolstoi. Oh mon Dieu, de quoi inquiéter par moment tout bon mari, chum, amant…

Photo_Damian-Siqueiros-zetaproduction.com_Danseuse_Maria-Abashova1

Ce qui m’a le plus marqué, je dois dire, c’est la façon dont Boris Eifman a réussi à chorégraphier ce qui n’était pas corporel, à transposer dans le corps de ballet ou chez les solistes les courses hippiques, un mauvais pressentiment (ci-dessus), le trip d’opium (wow), le train de la scène finale (j’en ai encore la chair de poule).

À voir. Absolument.

Il reste 4 représentations. Les trois soirs qui viennent (jeudi, vendredi et samedi), en plus de samedi le 18 avril à 14h.

Pour plus de détails, voir ici.

Vous m’en direz ce que vous en avez pensé si vous y allez, svp. Ça me ferait plaisir. Ici ou sur facebook ou Instagram (@burnhamjonathan)

A+

Joe

P.S. J’allais presque oublier, la musique de Tchaïkovski, dont la vie a aussi été si dramatique, se prête magnifiquement aux élans et déchirements d’Anna entre son mari et son amant!

P.P.S. Ça fait au moins 3 représentations sur 4 qui ne tombent pas en même temps qu’un match des Canadiens, bien que je vous garantisse autant de drame que dans la 2e période du match d’hier, que j’ai enregistré et dont j’ai réussi à ne pas connaître le résultat presque jusqu’à la fin. Ce résultat, c’est aussi un beau coup de coeur!!! Go Habs Go!

Comments

comments

Article précédentJoan Smalls, 16 avril 2015
Article suivantLaurence Leboeuf: nouvelle ambassadrice Neutrogena!
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)