Le Festival des arts de Saint-Sauveur (FASS) a lancé sa 25e édition mercredi avec un concert de l’éclatante Martha Wainwright. Il poursuivait hier soir avec l’une des troupes de flamenco les plus transcendantes (comme peut si bien l’être cette danse chargée d’émotions) de la planète : Soledad Barrio & Noche Flamenca.

W_960_1-ocd-love-photo-by-regina-brocke

Mais depuis quelques mois déjà, c’est le spectacle de samedi soir (6 août), sous le grand chapiteau du Festival, que j’attends avec le plus d’impatience. Le printemps dernier, dans le cadre de mon travail de directeur des affaires culturelles au consulat d’Israël à Montréal, j’ai pris connaissance d’un clip, que je regarde au moins une ou deux fois par semaine depuis, et que je partage avec collègues et amis. Je ne veux pas dire que c’est une obsession (par sensibilité, vous comprendrez vite pourquoi), mais disons que je commence à le connaître au mouvement près. Il s’agit d’un extrait du spectacle OCD Love, de la compagnie de danse israélienne montante L-E-V.

Quand je l’ai montré à Lolitta pour voir si elle voulait bien m’accompagner au spectacle, elle s’est figée! Elle a tout de suite reconnu un des deux danseurs comme celui qui l’avait tant fascinée avant un défilé de mode de la Tel Aviv Fashion Week l’an dernier (elle avait même l’air un peu trop fascinée àmon goût, si je peux être honnête…). En tout cas, avec la miss partante et quelques amis qui embarquent, ça s’annonce comme un beau weekend dans les Laurentides!!

La raison pour laquelle je ne me dis pas “obsédé” par ce clip, donc, c’est parce qu’on parle d’une oeuvre qui traite de trouble obsessionnel compulsif (TOC, d’où le titre). Et le “Love” dans OCD Love nous vient de l’inspiration derrière cette pièce: ce poignant poème slam (que je n’ai trouvé qu’avec des sous-titres espagnols, désolé) d’un jeune Américain souffrant lui-même de TOC.

C’est là la beauté de l’art, je trouve. L’inspiration qui vient d’ailleurs, que l’on peut trouver partout, et la fascinante mixité qui en résulte. Longtemps associée à l’illustre Batsheva Dance Company, la chorégraphe Sharon Eyal a fondé sa compagnie de danse L-E-V (“coeur”, en hébreu) en 2013 pour voler de ses propres ailes. Ici, elle part d’un poème, de slam, elle invite un dj (Ori Lichti) à performer live, elle chorégraphie le tout avec son acolyte Gai Behar (un promoteur de party de la trépidante night life de Tel Aviv), et ça donne OCD Love.

Ne manquez pas ça! Il reste ici quelques bons billets.

C’est ce samedi 6 août à 20h sous le grand chapiteau, en plein coeur de Saint-Sauveur.

Jonathan xx

 

Yannick-Nezet-Seguin-et-OM-960x580

P.S. J’oubliais presque, ma foi. Le lendemain, c’est Yannick Nézet-Séguin (notre maestro québécois, notre fierté, qui dirigera bientôt le Metropolitan Opera à New York!!!) et son Orchestre Métropolitain qui nous éblouiront sous le chapiteau… et ça continue comme cela jusqu’au 13 août avec entre autres Guillaume Côté, le directeur artistique du FASS et mégastar de la danse plus connu à Toronto, où il est le danseur principal au Ballet national du Canada, que chez lui au Québec, sans oublier Louise Lecavalier, que l’on ne présente plus, et Misty Copeland, du célébré American Ballet Theatre). Tous des noms

Photos : Regina Brocke et François Goupil

Comments

comments

Article précédentCara Delevingne, 4 août 2016
Article suivantCopiez son look : Cara Delevingne
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)