En regardant mes invitations à des évènements sur Facebook, j’ai l’impression confuse de vivre dans le futur non pas parce que je planifie mes sorties des jours, semaines et mois d’avance, mais parce qu’en ce printemps numérique montréalais, il y a tellement de découvertes futuristes à faire qu’on semble souvent se faire indiquer comment on vivra dans quelques années. Essayons d’y voir plus clair dans ma chronique On Sort! de ce weekend.

Des expériences immersives du Symposium IX, se poursuivant ce soir à la SAT, aux soirées de réalité virtuelle au Centre Phi en passant par l’incroyable 3e Biennale internationale d’art numérique et le 17e Festival international d’art numérique, tous deux à l’Arsenal dès maintenant; de Mutek aux Grands Ballets sans oublier le Piknic, beaucoup d’action à Montréal pour les 52 prochaines heures. Détails.

BIAN (du 3 juin au 3 juillet) & ELEKTRA (jusqu’au 5 juin) @ Arsenal

Inferno - G. Bohnenblust

Vous serez ébahis d’entrer dans ce monde de l’art fait par les machines (et je ne veux pas dire “pour les machines”, comme le programme d’AUTOMATA, parce que le simple homme que je suis en profite pleinement)!

Il faut surtout profiter des 3 performances d’Inferno, dont 2 ce soirs à 20h et 23h pendant la soirée AUTOMATA la nuit. L’autre performance (dont vous êtes le héros) a lieu samedi le 4 à 23h. Inferno, de Louis-Philippe Demers et Bill Vorn (QC-CA), est une performance robotique folle qui propose à 25 spectateurs de porter sur leur corps des exosquelettes afin d’expérimenter une chorégraphie programmée et contrôlée par ordinateur. Comme un rave où vous n’avez pas le contrôle de vos mouvements. J’en ai filmé quelques extraits hier sur mes réseaux sociaux (@burnhamjonathan).

Mais ce n’est qu’un des exemples du futur que vous découvrirez ce weekend à l’ARSENAL. À voir, à faire, à vivre!! Pour plus d’info, c’est ici : http://elektrafestival.ca.
Mutek (jusqu’au dimanche 5 juin)

La qualité de la programmation de ce festival international de créativité numérique et de musiques électroniques n’est plus à démontrer. Le plaisir qu’on y prendra non plus.

13305253_10154167112237856_8546100030286152882_o

Téléchargez l’application mobile, elle est vraiment bien faite pour vous aider à naviguer la riche sélection d’évènements gratuits et payants qui vous sont offerts.

Vous passerez de la Place des festivals aux Nocturnes du Musée d’art contemporain, avec un long arrêt au Métropolis (jusqu’à 6h am dimanche matin) et, après une potentielle sieste, la grosse fête de jour au Piknic Électronik édition MUTEK. Et les inquiets météo, dites-vous que les meilleurs moments au Piknic viennent souvent avec quelques bonnes grosses averses (bon évidemment pas 25 mm en 5 heures, mais croisons les doigts).

13323639_10154167121932856_7161815461760018369_o

And word of advice, sleep while you can…

Rêve, des Grands Ballets Canadiens, samedi 4 juin, 20h

Et pour un autre voyage en territoires inconnus, il reste une représentation de Rêve, du chorégraphe Stephan Toss (il s’occupe aussi magistralement des décors, des costumes et de l’éclairage!!).

6.REVE_STEPHAN_THOSS_photo_Richard_Champagne_Danseur-Marcin-Kaczorownski_900px

Ce ballet contemporain onirique est créé autour d’un enchaînement de tableaux et de projections renvoyant au cinéma surréaliste, alternant entre scènes d’une beauté inquiétante et moments d’action haletants. Petit voyage dans notre inconscient parfois tourmenté, jaloux, mais aussi joyeux et festif!

Vos billets ici.

Un excellent weekend de rêve électro-numérique à vous, les amis. En attendant le prochain qui sera plus vroum-vroum F1 et qui promet autant.

Joe -xx-

Crédits photos :

Inferno : Grégory Bohnenblust / Mutek : Trung Dung Nguyen / Rêve : Richard Champagne

Comments

comments

Article précédentGucci Resort 2017 en 15 looks!
Article suivantGigi ou Olivia, 6 juin 2016
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)