lac-sacacomie

C’est à l’hôtel Sacacomie qu’Ardbeg a invité Fashion is Everywhere, non seulement pour profiter et apprécier des scotchs uniques, mais aussi pour en apprendre plus sur ce whisky que les connaisseurs qualifient de “si près de la perfection que rendu là, on ne voit plus la différence avec ladite perfection”. En apprendre plus sur son histoire, aussi, et celle de l’île dont il dépend si profondément.

visit-us-header-1600x350_19

Pour ceux qui ne voient pas le rapport entre ces deux endroits où l’eau et les grands espaces jouent un si grand rôle, où la majesté du territoire et la qualité de son terroir ont un impact considérable sur ce qu’on y mange et ce qu’on y boit, pour ceux qui croient que la splendeur naturelle de Sacacomie allait nous distraire de la pureté fumée de chaque verre d’Ardbeg lentement dégusté, eh bien détrompez-vous. La réputation d’Ardbeg est bien méritée. Il envoûte de par le monde et ce n’est pas pour rien qu’il a été nommé “World Whisky of the Year” pas moins de 4 fois au cours des 7 dernières années.

L’idée derrière cette invitation à Sacacomie était surtout de nous reconnecter avec la nature. Ce dont perso j’avais bien besoin… et Loli aussi!

ardbeg-joelob68a4c73-23e7-450f-b7bf-4a9b9e8d1c3bardbeg-joeardbeg-boisardbeg-rory

Et le lien il est aussi là, car la nature, eh bien elle se retrouvait décuplée dans nos verres. Une nature fumée, un rappel direct de la tourbe utilisée pour faire sécher le malt et qui l’imprègne tellement que ce goût smoky est devenu la principale distinction d’Ardbeg et sa marque de commerce. Inoubliable, vraiment.

En plus de la balade en hydravion, de la matinée de pêche et de la randonnée dans les bois (où on a essayé le tir à l’arc et le lancer du tomahawk), nous avons eu droit à des repas gargantuesques et des dégustations exceptionnelles, que j’étais bien heureux de partager avec ma chérie.

ardbeg-joelo-2

ardbeg-tableardbeg-foodPlace à la dégustation

Les whiskys que nous avons goûtés sont donc ceux-ci…

Ardbeg 10 ans Islay Scotch Single Malt – $94,75 – 750 ml

World Whisky of the Year en 2008, le 10 ans est un scotch très équilibré entre fruité et fumé. Le seul single malt que je vous encourage à utiliser aussi pour vos cocktails. Et j’en ai notamment goûté un (Bloody Caesar) qui m’a renversé.

4df8e089-f0db-4647-9b67-ddd37ad60a5e

Ardbeg Uigeadail – $155 – 700ml

L’année suivante, c’est l’Ardbeg Uigeadail que la Bible du whisky de Jim Murray nommait World Whisky of the Year. Nommé ainsi en l’honneur du nom du lac (loch, comme dans Loch Ness) qui sert de source à la distillerie, l’Uigeadail s’est mérité cet honneur en raison de sa belle complexité et sa texture soyeuse sous le palais.

Ardbeg Corryvreckan – $171 – 750 ml

Un autre whisky primé, décidémment nous étions gâtés, l’Ardbeg Corryvreckan (du nom d’un tourbillon célèbre au nord d’Islay) a remporté le titre de meilleur Single Malt Whisky aux World Whisky Awards en 2010. Les aventuriers le feront tourbilloner en bouche pour faire ressortir les notes de café et de cerises, entre autres. C’est en tout cas ce que votre aventurier a décelé avant de passer à la 2e moitié de la dégustation.

Ce n’est pas que j’étais pompette (ça, ça allait venir un peu plus tard dans la soirée, avec les anecdotes de bar et de whisky clubs écossais ou les chansons folkloriques de notre hôte qui aurait aussi bien pu être baryton-basse à l’Opéra de Montréal qu’ambassadeur pour cette historique maison de spiritueux…), mais pour les 3 whiskys suivants, je n’ai pas noté les prix. Comme ils sont en vente à la SAQ par contre, facile de retrouver ça! Alors de retour aux choses sérieuses.

5b519e87-544d-4497-86d1-841e32b563a9

Ardbeg Perpetuum – 164$ – 750 ml

Levons nos verres à Ardbeg et au 200e anniversaire de la distillerie! Et dans ces verres, versons le Perpetuum, conçu spécialement l’an dernier pour fêter en grand ce bicentennaire à l’aide d’un assemblage de plusieurs whiskys affinés en fûts de bourbon et de sherry.

Ardbeg Eighteen Year

Bon je vous en parle même si vous ne pourrez pas le goûter aussi facilement que les autres. En fait c’est qu’il nous venait directement de la réserve personnelle de monsieur Ruaraidh (prononcé Rory) MacIntyre, l’ambassadeur Ardbeg au Canada, qui a eu la générosité d’en partager une gorgée avec ceux parmi nous qui se sentaient toujours d’attaque. Je cherche toujours un de nos bars à Montréal qui l’offrirait… Peut-être vais-je passer voir au Burgundy Lion ou à l’Ile noire. Et si vous le voyez quelque part, essayez-le (et appellez-moi que je me joigne à vous).

Ardbeg Supernova – 294$ – 750 ml

Le prix de ce dernier whisky de la plus grande qualité s’explique pour plusieurs raisons. L’une d’entre elles étant sans doute que cette étoile… pardon ce whisky porte merveilleusement bien son nom, semble venir d’une autre galaxie et il vous explosera (doucement) en bouche longtemps encore après qu’il ait passé votre gosier, y laissant ses traces de fumé comme dernière preuve qu’il ne s’agissait pas d’une étoile filante (même si votre voeu sera sans doute vite d’en prendre une deuxième petite gorgée).

Sur ce, je vous dis santé. Et n’oubliez pas, pour bien entretenir la vôtre, de boire avec modération; ce que je fais même si parfois, par souci de professionalisme et pour vous présenter des chroniques exhaustives, je goûte bien tout ce qu’on m’offre lors de ces dégustations!

Joe 

d4b4c911-6540-4e21-b4be-790337caab3f

Photos: Ostill / Getty Images, Ardbeg, Fashion is Everywhere

Comments

comments

Article précédentMichelle Obama, 19 octobre 2016
Article suivantThe Fine Print x Parachute x WWWW: une collaboration à découvrir
Jonathan a eu la piqûre mode tardive, à force d’accompagner sa blonde (brune, rousse, rose) Lolitta dans ce monde en perpétuel mouvement qui lui a permis de faire de fascinantes rencontres et découvertes. Passionné d’écriture et grand amateur d’art et de culture, Jonathan signe les articles culturels du blogue. Il est aussi le chroniqueur mode et beauté masculine de Fashion Is Everywhere, et se compte bien chanceux d’être le seul gars de l’équipe, entouré de quatre extraordinaires collaboratrices. Il est aussi le réviseur et traducteur du blogue... faque s’il y a une faute, c’est de sa faute! Ah oui! Il trippe golf ;)