Trouver une fragrance qui nous plait, c’est tout une tâche. Il faut être attentif, mais sans chercher…Personnellement, si je me rends au La Baie en ayant en tête de trouver une nouvelle fragrance, je vais plutôt terminer avec un mal de coeur. À travers des centaine de parfums, impossible de savoir lequel va nous plaire. Je crois que la solution est en fait de prendre des échantillons ici et la, de demander aux gens ce qu’ils portent, de sentir une nouvelle fragrance au hasard lorsque vous passez en pharmacie, etc. Si vous n’avez toujours pas trouvé LE parfum de vos rêves, ou si vous cherchez une eau originale et différente de ce que les grandes maisons offrent, je vous propose de découvrir Gallivant.

Gallivant est une marque née à Londres inspirée par des destinations urbaines ainsi que par la liberté du voyage et qui célèbre la découverte du monde. Anciennement directeur de création pour la marque française L’Artisan Parfumeur, Nick Steward a voulu créer une marque sans prétention, aux fragrances assez minimalistes, afin d’apporter une dose de fraîcheur à l’industrie. La première collection comprend quatre parfums unisexes inspirés par les quatre villes préférés du créateur : Brooklyn, Londres, Istanbul et Tel Aviv. Le voyage et le mode de vie urbain ont tellement inspiré Nick Steward qu’il a choisi d’offrir seulement de petites bouteilles de 30 ml, qui se glissent facilement dans un sac et qu’on peut trainer partout, même dans l’avion, peu importe où nous sommes dans le monde!

Nick Steward est tombé dans l’univers de la parfumerie par hasard. Il explique lors d’une entrevue pour Forbes qu’il a d’abord été engagé par une compagnie mode et beauté en raison de ses compétences en langue : il est en effet linguiste en Arabe et Français. Après 8 ans passée chez l’Artisan Parfumeur, il a voulu lancer une compagnie authentique et approchable.

L’eau Brooklyn est un hommage à l’énergie créative et intellectuelle de la ville. Une balade sur le Brooklyn Bridge pour se rendre à un déjeuner. Un après-midi paresseux de mai sous le soleil du Park Slope, la chaleur sur la peau, les fleurs dans le gazon, l’air frais. C’est la vie sur le trottoir, la brise d’un matin d’été, la lueur des éclairages de bars, des appartements lumineux remplis de livres. C’est une fragrance aux notes de bergamote, de jus d’orange et de citron, d’air frais, de cardamome, de magnolia, de musc, de bois blanc et d’ambre.

La fragrance Londres rappelle la ville addictive et terre-à-terre et son sens de l’humour malicieux. C’est les garçons du East End et les filles du West End. C’est les manteaux de cuir usagés. C’est le créatif, le nouveau, le vieux, le beau, le laid, le riche, le pauvre. Tous qui se frottent. C’est le printemps mouillé, les roses du Columbia Road et l’architecture Géorgien. Une touche de poussière, une humidité de terre qu’on peut presque goûter. La fragrance a des notes de concombre, de feuilles de violettes, d’huile de rose, de cuir, de patchouli, de bois de santal et de bois de cèdre.

Le parfum Istanbul représente le sentiment d’une vieille ville mélangé à la fraîcheur de la modernité. Un vieux luxe qui rencontre une nouvelle confidence. C’est la rencontre de deux continents, de deux cultures. Le café. Le cuir. Le suède. Les épices. L’encens. Se réveiller dans la Moda, traverser le Bosphore. C’est une nuit douce dans le Karaköy. Vous pouvez y sentir des notes de bergamote, de cardamome, de thym rouge, de lavande, d’essence de géranium égyptienne, de coeur de patchouli, de bois de santal, de vanille d’ambre et de musc.

Finalement, l’eau Tel Aviv rappelle le soleil : blanc, jaune, éclatant. Les bijoux dorés sur une peau bronzée. Le glamour persistant des années 70. C’est sexy, c’est la fête. C’est la vie dans une bulle. C’est marcher langoureusement sur la plage, la peau nue, détendu, alors que c’est la ville bruyante. L’intensité, la folie. C’est s’arrêter au kiosque à jus sur Dizengoff. C’est le Bauhaus. C’est la chaleur, la sueur, la fumée de cigarette et les fleurs sur les balcons au dessus. La fragrance sent la clémentine, la bergamote, le bourgeon de cassis, le jasmin d’Arabie, l’huile de rose, le ylang ylang de Comores, le freesia, le bois de santal, le musc et le benjoin.

Les parfums sont disponibles à la boutique Etiket, au 1832 rue Sherbrooke Ouest, ou en ligne. Chaque fragrance est vendue au coût de 150$.

Comments

comments

Article précédentLook du jour : 29 mai 2017
Article suivantLa fin (et le début) d’une ère aux Grands Ballets
Étudiante en journalisme, blogueuse et passionnée par la mode, Lauriane passe la majorité de son temps à écrire, à lire des magazines et à naviguer le net à la recherche d’inspirations. Après un stage chez Fashion Is Everywhere, elle s’est joint officiellement à l’équipe en tant qu’adjointe mode et beauté. L’art et le voyage la passionnent tout autant et l’entrainent constamment à vivre de nouvelles expériences, comme celle d’une session universitaire à Paris. Le shopping étant son activité favorite, elle vous présente chaque semaine des looks tendances à recréer!